Identifications délicates 

Les tétradrachmes parthes sont presque toujours très faciles à identifier. Les portraits sont plutôt bien individualisés et la présence d'une date au revers vient souvent confirmer à quel règne appartient la monnaie. Pour les drachmes beaucoup se distinguent d'emblée grâce au portrait, mais parfois l'identification peut s'avérer plus délicate pour le néophyte. Tous les types principaux sont rassemblés ici, mais il est intéressant de confronter certaines monnaies de prime abord assez ressemblantes et de s'arrêter sur ce qui permet de les différencier à coup sûr.

Mithradates II ou Gotarzes Ier ?

Mithradates II  S.28.5 Gotarzes Ier  S.29.2
S.28.5 S.29.2
Photos C.N.G.

L'effigie de ces deux drachmes est trop proche pour savoir avec certitude qui est qui. En revanche les légendes sont différentes, ce qui va rendre possible l'identification ; on remarque immédiatement, avant même de lire le détail des titres énoncés, que la monnaie de Gotarzes comporte une ligne de plus à droite du revers.
S.28 : BAΣIΛEΩΣ / BAΣIΛEΩN / MEΓAΛoY / APΣAKoY EΠIΦANoYΣ
S.29 : BAΣIΛEΩΣ / BAΣIΛEΩN APΣAKoY / ΔIKAIoY / EYEPΓEToY / KAI ΦIΛEΛΛHN



Sinatruces ou Phraates III ?

Sinatruces  S.33 Phraates III  S.39
S.33 S.39
Photos C.N.G.

Phraates III reprend fidèlement pour le type S.39 l'iconographie des drachmes de type S.33, émises par Sinatruces une génération plus tôt, sans doute un moyen pour lui de rappeler qu'il en est le fils. Là encore ni le portrait ni la tiare ne suffisent pour savoir s'il s'agit d'une drachme de l'un ou de l'autre, mais la différence de titulature est visible au premier coup d'oeil, le type S.39 ayant une ligne horizontale supplémentaire. De plus les drachmes de Phraates III portent une marque d'atelier, celles de Sinatruces n'en ont pas.
S.33 : BAΣIΛEΩΣ / MEΓAΛoY / APΣAKoY / ΘEoΠAToPoΣ (ou ΘEoΠATPoY) NIKAToPoΣ
S.39 : BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛoY / APΣAKoY / EYEPΓEToY / EΠIΦANoYΣ (KAI) ΦIΛEΛΛHNoΣ



Arsaces XVI, Phraates III, Mithradates IV ou Orodes II ?

Arsaces XVI  S.30 Phraates III  S.36 Mithradates IV  S.40 Orodes II  S.43
S.30 S.36 S.40 S.43
Photos C.N.G.

Dans le cas d'un examen superficiel on peut confondre les premières émissions de Phraates III avec les drachmes de Mithradates IV ou avec le type S.43 d'Orodes II (voire même avec le type S.45), ou encore, pour le collectionneur le moins aguerri, avec le type S.30 d'Arsaces XVI.
Les drachmes de Mithradates IV se différencient d'emblée grâce à ce que porte le souverain autour du cou, un collier à maillons avec un médaillon. Le style des drachmes d'Arsaces XVI doit en principe permettre de les identifier immédiatement ; le nez busqué du roi en particulier ne passe pas inaperçu ! Le signe distinctif du type S.43 d'Orodes II est un collier fermé, sans médaillon. C'est un peu moins évident avec les drachmes de Phraates III, ce dernier pouvant porter soit un torque soit un collier fermé avec un médaillon.
Si ces différences dans le traitement du portrait laissent encore planer un doute, le revers, avec des légendes distinctes pour chacun de ces types, lèvera toute ambiguïté :
S.30 : BAΣIΛEΩΣ / MEΓAΛoY / APΣAKoY / ΘEoΠAToPoΣ EYEPΓEToY
S.36 : BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛoY / APΣAKoY / EΠIΦANoYΣ (KAI) ΦIΛEΛΛHNoΣ / ΦIΛoΠAToPoΣ EYEPΓEToY
S.40 : BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛoY / APΣAKoY / ΔIKAIoY EΠIΦANoYΣ / ΘEoY EYΠAToPoΣ (KAI) ΦIΛEΛΛHNoΣ
S.43 : BAΣIΛEΩΣ BAΣIΛEΩN / APΣAKoY / ... le reste de la légende peut varier ou être inintelligible



Vardanes Ier, Vardanes II, Pacorus II ou Vologèses III ?

Vardanes Ier  S.64 Vardanes II  S.69
S.64 S.69

Pacorus II  S.75 Vologèses III  S.78.1/2
S.75 S.78.1/2
Photos C.N.G.

Sur la première drachme de ce groupe de quatre on regarde d'abord le portrait. Un petit trait horizontal sur le front symbolise la verrue dynastique arsacide et un petit "v" assez bien marqué sépare les sourcils. Si ces deux caractéristiques (absentes sur les drachmes de Vardanes II) sont estompées, la forme de la barbe, en pointe pour Vardanes Ier et arrondie pour Vardanes II permet de les distinguer. Plus évident encore, la partie du diadème retombante sur la nuque est matérialisée par trois traits sur les drachmes de Vardanes Ier et par cinq traits sur celles de Vardanes II. On constate que le style des légendes est lui à peu près identique.
La première ligne de la légende du revers est souvent partiellement "hors champ", mais la deuxième est en principe toujours lisible en totalité ; comme de plus le qualificatif qui s'y trouve est toujours le même à partir de cette époque, c'est donc l'examen du style des caractères de cette ligne qui va servir à dater approximativement la monnaie, du moins suffisamment pour savoir si elle précède ou suit une autre de style différent. Ce style diverge nettement entre les deux monnaies du haut et les deux monnaies du dessous, les caractères s'étant un peu plus dégradés. Cela permet notamment de ne pas confondre la drachme de Vardanes Ier avec la drachme de Vologèses III à la barbe courte, malgré des portraits très ressemblants. Quant à la drachme de Pacorus II on ne peut pas non plus la mettre au crédit de Vardanes Ier ou Vardanes II d'après le style de la légende, et l'effigie est assez particulière pour ne pas la confondre avec celle de Vologèses III.


Vologèses II ou Pacorus II ?

Vologèses II  S.72 Pacorus II  S.77
S.72 S.77
Photos C.N.G.

Le style des légendes de ces deux drachmes est trop similaire pour en tirer la moindre indication, mais l'avers ne laisse aucun doute. La tiare de la monnaie de Vologèses II est ornée en son cente d'un "crochet" et deux caractères parthes derrière le buste indiquent le début de son nom, alors que la drachme de Pacorus II est toujours dépourvue de ces deux caractéristiques.


Artaban III (S.63), Gotarzes II ou Artaban IV ?

Artaban III  S.63 Gotarzes II  S.65.33 et S.65.34 Artaban IV  S.74
S.63 S.65.33 S.65.34 S.74
S.63 S.65 S.74
Photos C.N.G.

Les effigies de ces trois souverains ne se distinguent que par de subtiles différences. Le portrait de Gotarzes II exhibe le petit trait sur le front qui symbolise la verrue arsacide, gage de la légitimité du souverain. Mais l'usure de la monnaie ne permet pas toujours d'être catégorique sur la présence ou non de cette caractéristique, moyen pourtant le plus déterminant pour se prononcer entre Artaban III et Gotarzes II ; l'examen des caractères, plus gros et plus étirés en hauteur pour Gotarzes II, doit alors permettre de séparer les drachmes de ces deux derniers. Les drachmes de Gotarzes II du type S.65.34 présentent quant à elles une chevelure en plusieurs vagues, ce qui évite toute confusion avec celles d'Artaban III.
Différencier les drachmes d'Artaban IV est un peu plus aisé. On peut généralement remarquer que la barbe est plus large, plus longue, avec des traits bien parallèles. Il est toutefois plus sûr d'examiner la deuxième ligne du revers, comme énoncé plus haut. Sur les drachmes d'Artaban III et de Gotarzes II le C et le E ressemblent encore un peu à ...un C et un E, et le Omega n'est pas encore tout à fait identique au Lambda. En revanche, sur les drachmes d'Artaban IV, le E n'a plus rien d'un E ; le style des caractères est identique à celui des drachmes de Vologèses III, ce qui est bien normal dans la mesure où les unes et les autres sont à peu près contemporaines, alors que sur les types S.63 et S.65 les caractères demeurent dans un grec encore à peu près compréhensible.


Orodes III, Vologèses III, Roi inconnu ou Mithradates V ?

Orodes III  S.61 Vologèses III  S.78 Roi inconnu  S.83 Mithradates V  S.82
S.61 S.78 S.83 S.82
S.61 S.78 S.83 S.82
Photos C.N.G.

Le style du portrait des drachmes S.61 d’Orodes III, étroit et démesurément allongé, avec une chevelure droite et très longue, rend ce type immédiatement identifiable ; de plus les caractères de la légende ne sont pas encore aussi dénaturés qu'ils le seront lors des règnes postérieurs.
Malgré un air de famille certain entre les trois portraits de droite, il n'y a aucun risque de confusion. Le bandeau du diadème de Mithradates V n'est formé que de deux lignes, alors que celui de Vologèses III est formé de quatre lignes. Sur les drachmes de Vologèses III la partie du diadème retombante sur la nuque est matérialisée par trois traits ; les drachmes du Roi inconnu se distinguent par cinq traits au lieu de trois, celles de Mithradates V par deux traits seulement. L’attache à l’arrière du diadème est toujours représentée par une double boucle, sauf sur la monnaie du Roi inconnu, où on a une triple boucle.
Les légendes sont également bien distinctes, particulièrement celle de la drachme de Mithradates V où apparaît pour la première fois, en entier, le nom du Roi en langue parthe.



Haut de page Plan du site            Page d'accueil