Usurpateur S.55

Sur les tétradrachmes S.55.1 (Fig.1) on peut lire ΔΠ() sous le trône et ()PITI en exergue, ce qui correspond à janvier 28 avant J.-C., tandis que sur les tétradrachmes S.55.12/14 on trouve en exergue les mois ΔAICIOY (Fig.2), ΠANHMOY et OΛOIOY (mai, juin et juillet) mais pas d’année. Ces types S.55.1, 55.12, 55.13 et 55.14 montrent de grandes similitudes, en plus du fait que le souverain n’arbore pas la verrue propre aux Arsacides, particulièrement le style de l'effigie et le rendu de la coiffure. On peut donc légitimement en déduire que tous ont été émis dans le même laps de temps, en 28 avant notre ère, et sous la même autorité.

S.55.1 S.55.12
Fig.1 - Tétradrachme S.55.1
Année : ΔΠ() - Mois : ()PITI (janvier 28 avant J.-C.)

(Collection Petrowicz, 2288  -  Photo Rauch)
Fig.2 - Tétradrachme S.55.12
Pas d'année - Mois : (Δ)AICIOY (mai)

(Collection privée)

François de Callataÿ, en 1994, intégrait cette série au monnayage de Phraates IV. Toutefois, si on compare ces tétradrachmes à ceux frappés entre février et juin 28 avant J.-C., cette fois-ci sans ambiguïté pour Phraates IV (S.55.2 et var.) (Fig.3), le manque de ressemblance est évident (portrait, coiffure, collier ou torque, etc). On a donc deux séries produites simultanément, l’une entre janvier et juillet et l’autre entre février et juin de la même année, à partir de coins réalisés par des graveurs différents et par conséquent sans doute en des lieux différents, pour manifestement deux concurrents. Partant de là, l’attribution des tétradrachmes S.55.1-12/14 à Phraates IV serait très problématique.
Sellwood, pour sa part, avait assigné ces monnaies à Tiridates, sur la base de l’absence de verrue dynastique, mais les dates ne coïncident pas. En effet Tiridates dispute le pouvoir à Phraates IV à partir de 31 avant J.-C. et contraint dans un premier temps ce dernier à s'exiler chez les Saces, mais Phraates regroupe ses forces rapidement et c'est Tiridates qui doit à son tour s'esquiver et chercher refuge en Syrie, en 30 ou 29 av. J.-C., avec le consentement des Romains. Ce n’est qu’en 26 av. J.-C. que Tiridates s'empare du trône pour la seconde fois, avant de devoir s'enfuir à nouveau en territoire romain après seulement quelques mois au pouvoir. Aussi les tétradrachmes émis en 28 av. J.-C. ne peuvent pas lui être crédités. Par ailleurs, si on examine les tétradrachmes S.55.7/9 (Fig.4) de Tiridates, le portrait n’a rien de commun avec celui de la série S.55.1-12/14, ce qui confirme qu’il est hautement improbable que ces deux émissions appartiennent au même souverain.

S.55.2 S.55.8
Fig.3 - Tétradrachme S.55.2
ΔΠΣ  ΔIΣ (février 28 avant J.-C.)

(Photo ACR Auctions)
Fig.4 - Tétradrachme S.55.8
ςΠΣ  AP (avril 26 avant J.-C.)
(Collection privée)

S'impose donc l'existence d’un "usurpateur", qui a cherché à s’approprier la couronne parthe au cours du premier semestre 28 avant notre ère, et qui n'a laissé d’autre trace dans l’histoire qu'une poignée de tétradrachmes. En tout état de cause cette tentative aura été éphémère et on ne peut que spéculer sur l’identité de ce prétendant et sur la localisation de l’atelier responsable de la production des rares spécimens S.55.1-12/14.



Haut de page Les tétradrachmes de la période 23 à 37 av. J.-C. Plan du site            Page d'accueil