Titre : Genèse d'un Empire

Au milieu du IIIe siècle avant J.-C., profitant de la guerre entre Séleucides et Lagides, les satrapes de Bactriane et de Parthiène (ou Parthyène) se libèrent de la tutelle séleucide et prennent leur indépendance. Andragoras, le satrape de Parthiène, règne désormais sur son propre royaume et ne peut donc plus compter sur l'appui de l'armée séleucide. A la tête des Parnes, un sous-groupe des Dahes, eux-mêmes apparentés aux Scythes, Arsaces (Arshak) saisit l'occasion pour envahir le nord de la Parthiène et prend Nisa pour capitale. Les Parthes occupent ensuite l'ensemble de la province, puis se tournent vers l'Hyrcanie.

Mithradates Ier
Mithradates Ier - Détail d'un bas-relief de Xong-e Ashdar (Khuzestan) - Photo Pentocelo

Avec Mithradates Ier (165-132) commence la véritable expansion de l'Empire parthe, qui profite du déclin des Séleucides et de la fragilité du pouvoir en Bactriane. Les démêlés entre Demetrius II et Eucratides en Bactriane permettent à Mithradates de s'emparer à l'Est des satrapies de Turiva et d'Aspionus (Géographie de Stabon, Livre XI). Par la suite les Parthes envahissent à l'Ouest la Médie et l'Atropatène, la Mésopotamie et la Babylonie, puis l'Elymaïde. L'ancien Empire séleucide se réduit alors à la Syrie.

En 130 Antiochus VII tente une campagne en territoire parthe ; d'abord victorieuse, l'armée séleucide est vaincue par les forces de Phraates II (132-127). La mainmise des Parthes sur la Mésopotamie devient alors définitive. Phraates doit pourtant limiter ses ambitions à l'Ouest pour essayer, sans grand succès, de contenir les invasions des Saces à l'Est de son royaume.

Artaban Ier (126-122), a lui aussi fort à faire avec les nomades (Saces, Yueh Chih, Tochares) qui eux-mêmes chassés toujours plus à l'ouest envahissent massivement le Nord-Est de l'Empire.

Mithradates II (121-91) signe en 115 un traité avec la Chine qui ouvre la "Route de la soie", permettant aux Parthes un profitable rôle d'intermédiaire. Il conquiert la Syrie et la Margiane et parvient à obtenir allégeance des Saces à l'Est. L'Empire parthe atteint sa plus grande extension. Au vu des cartes on se rend bien compte que l'Empire des Arsacides est devenu une puissance considérable, à la mesure de celle de Rome. Pourtant son importance n’a guère été reconnue à sa juste valeur par les historiens. Il faut dire que l’essentiel des sources historiques écrites provient du côté romain, ceci explique cela.

Le pacte de non-agression, tacitement établi entre Mithradates II et Sylla, se maintient plus ou moins pendant une quarantaine d'années, malgré l'annexion de la Syrie en 64 par Pompée. Mais en 54 Crassus rassemble ses troupes en Syrie et envahit le territoire parthe, bien décidé à s'approprier des richesses qu'il pressent immenses. Ce n'est que le début de près de trois siècles de conflits entre Rome et les Parthes...


Plan du site            Page d'accueil