Titre

Dans son article de 1989, "New Parthian Coins Types",* David Sellwood s'intéresse au contenu d'une trouvaille faite dans la province du Fars quelques années auparavant. Ce trésor, hélas dispersé au moment de la rédaction de son article, était constitué pour l'essentiel de dioboles des souverains de Perside du premier siècle de notre ère, mais aussi de quelques monnaies parthes, de types jusqu'alors inconnus.
Sellwood recense sept types, qu'il attribue à Vologèses Ier (types 1 & 2), Vologèses II (types 3 & 4), Artaban III** (type 5), Pacorus II (type 6), et Osroes Ier (type 7).
L'objectif principal de cette page est de présenter des images exploitables de ces monnaies.

* Sellwood, D. — 1989. New Parthian coin types. In : The Numismatic Chronicle. Vol. 149, pp. 162-168.
** Désormais Artaban IV (80-90).

New 1 New 2a
Fig.1  (Photo CNG)
Sellwood Type 1, diobole, Vologèses Ier
Fig.2  (Photo VAuctions)
Sellwood Type 2a, diobole, Vologèses Ier

La légende est plus ou moins de la forme :
Légende 1
OΛIΓAC(OY) TOY KYPI(O)(Y)


New 2b New 2c
Fig.3  (Photo CNG)
Sellwood Type 2b, diobole, Vologèses Ier
Fig.4  (Collection privée)
Type 2c (non recensé), diobole, Vologèses Ier

Les dioboles des types 1 et 2 sont attribuées à Vologèses Ier. Elles ont apparemment été produites par des graveurs différents, peut-être par des ateliers différents, les frappes du type 1 se différenciant principalement par un style plus fin de la chevelure .
Pour le type 2 Sellwood ne signale que deux coins d'avers, le torque étant représenté par trois lignes parallèles sur le premier (Fig.2), et par deux lignes encadrant une rangée de points sur le second (Fig.3). Il faut pourtant noter l'existence d'un troisième coin d'avers pour ce type 2, où le torque est figuré par deux lignes seulement (Fig.4). On remarquera que ce coin d'avers est le même que celui utilisé pour le type 5.


New 5
Fig.5  (Photo ACR Auctions)
Sellwood Type 5, diobole, même coin d'avers que 2c

Au revers de la diobole du type 5 Sellwood lit "arta" à gauche de la légende, et pour cette raison attribue cette série à Artaban, bien que le nom 'Vologèses' figure également à l'emplacement habituel. Le fait qu'un même coin d'avers aurait été utilisé pour deux prétendants en concurrence pour le trône laisse toutefois perplexe.



New 3 New 4
Fig.6  (Photo Peus)
Sellwood Type 3, diobole, Vologèses II
Fig.7  (Photo Elsen)
Sellwood Type 4, diobole, Vologèses II

Des types 3 et 4 on ne connaît également que des dioboles. La présence de la tiare, pourtant quelque peu différente de celle des drachmes S.72, amène Sellwood à attribuer ces monnaies à Vologèses II. On trouve trace du nom 'Vologèses' sur les spécimens du type 4, mais pas sur ceux du type 3, dont la légende est totalement incohérente.



New 6a New 6b
Fig.8  (Photo Peus)
Sellwood Type 6 (var. a), diobole, Pacorus II
Légende : deux lignes en haut et une ligne à gauche
Monogramme  Monogr. Ecb3
Fig.9  (Photo Peus)
Sellwood Type 6 (var. b), diobole, Pacorus II
Légende : deux lignes en haut et deux lignes à gauche
Monogramme  Monogr. Ecb10

New 6c New 6h
Fig.10  (Photo Meister & Sonntag)
Sellwood Type 6 (var. c), diobole, Pacorus II
Légende : une ligne en haut et deux lignes à gauche
Monogramme  Monogr. Ecb10
Fig.11  (Photo Peus)
Sellwood Type 6, hémidrachme, Pacorus II
Monogramme  Monogr. Ecb3

New 6d1 New 6d2
Fig.12  (Photo Meister & Sonntag)
Sellwood Type 6, drachme, Pacorus II
Monogramme  Monogr. Ecb3
Fig.13  (Photo Peus)
Sellwood Type 6, drachme, Pacorus II
Pas de monogramme

Le type 6 est constitué essentiellement de dioboles, aujourd'hui assez communes, mais on peut aussi ranger sous ce type quelques drachmes et hémidrachmes. Le style de l'effigie est infiniment plus rudimentaire que celui visible sur les séries précédentes, signe qu'il s'agit du travail de graveurs moins talentueux. Au revers les caractères s'inspirent vaguement du grec des frappes d'Ecbatane, lui-même déjà fortement dégradé, ce qui aboutit à des légendes dépourvues de toute signification. Les variantes a, b, c (légende et monogramme) pour les dioboles, et la présence ou non d'un monogramme sur les drachmes n'ont pas été relevées dans l'article de Sellwood.




New 7
Fig.14  (Photo Peus)
Sellwood Type 7, hémidrachme, Osroes Ier (?)

Sur la base de la masse importante de cheveux située derrière la nuque, Sellwood attribue le type 7 à Osroes Ier. Pourtant, sur les drachmes S.80 d'Osroes Ier, la chevelure est répartie en deux, une partie sur le côté ou derrière la nuque et l'autre au-dessus de la tête ; par ailleurs le roi arbore une longue barbe taillée en pointe. En revanche il n'y a que très peu de cheveux sur le crâne de l'effigie présente sur les spécimens du type 7, et la barbe est courte. Donc, là encore, l'attribution de ce type pose question. Dans The Sunrise Collection le n°506 est une drachme de style en tous points identique à l'hémidrachme du type 7. Elle est assignée, à tort ou à raison, à un souverain indo-parthe inconnu du premier siècle de notre ère.


Haut de page Plan du site            Page d'accueil